Espace: Quels sont ces mystérieux nuages similaires à ceux de la Terre observés sur Mars?

L’Agence Spatiale Européenne a diffusé, ce mardi, des images étonnantes de la planète Mars.

La sonde Mars Express de l’Agence spatiale européenne (ESA) a révélé, ce mardi, que la planète Mars produit des modèles de nuages ​​étonnamment semblables à ceux qui peuvent être observés sur la Terre, notamment dans les régions tropicales.

Or, la Terre et Mars ont des atmosphères très différentes et ce parallèle n’avait jamais pu être observé jusque-là. Sèche et froide, l’atmosphère de Mars est composée presque entièrement de dioxyde de carbone tandis que celle de la Terre est riche en azote et en oxygène.

Les images de Mars Express révèlent aussi que les tempêtes de poussière martiennes sont constituées de petites cellules nuageuses régulièrement espacées, disposées comme des grains ou des cailloux, un phénomène particulier à Mars. Une texture qui est également visible dans les nuages ​​de l’atmosphère terrestre.

Des vents violents aux conséquences importantes

Grâce à son observation, l’ESA a aussi pu calculer la vitesse du vent soufflant dans ces tempêtes martiennes. Les vents pourraient ainsi atteindre 140 km/h, provoquant l’allongement de la forme des cellules dans la direction du vent.

“Quand on pense à une atmosphère semblable à celle de Mars sur Terre, on pourrait facilement penser à un désert sec ou à une région polaire. Il est donc tout à fait inattendu qu’en suivant le mouvement chaotique des tempêtes de poussière, des parallèles puissent être établis avec les processus qui se produisent dans les régions tropicales humides, chaudes et décidément très différentes de Mars”, commentait Colin Wilson, scientifique impliqué dans le projet Marx Express.

Préparer les futures missions sur Mars

Ces images ont une utilité pour tenter de comprendre le fonctionnement des atmosphères planétaires et la compréhension des tempêtes de poussière mais aussi pour préparer les futures missions vers Mars. Ainsi, de fortes tempêtes de poussière pourraient empêcher une grande partie de la lumière du Soleil d’atteindre les cellules solaires des rovers à la surface de la planète rouge.

C’est ce qui a mis fin, en 2018, à la mission du rover Opportunity dont les panneaux solaires avaient été recouverts de poussière empêchant la recharge des batteries.

Leave a Reply