Test Apple Watch Ultra : une montre pour l’aventure comme pour le quotidien

Attendue initialement comme une simple version plus sportive et renforcée des Apple Watch Series, au point que tout le monde l’appelait déjà “Apple Watch Pro” — à l’image des nombreuses déclinaisons “Pro” de montres concurrentes —, celle qui se nomme donc Apple Watch Ultra va finalement plus loin et se définit comme une montre pour sports extrêmes.

De la haute montagne aux fonds marins en passant par le trail en plein désert, l’Apple Watch Ultra ne vise a priori pas le sportif lambda qui pourrait se contenter d’une Apple Watch classique ou d’une autre montre de sport moins renforcée. Pourtant, derrière une apparence en accord avec sa vocation extrême, la Watch Ultra pourrait bien séduire un public beaucoup plus large, pourvu qu’il en ait les moyens.

Il faut en effet débourser pas moins de 999 € pour s’offrir cette Apple Watch Ultra. Un tarif élevé qui, même dans le petit monde des montres multisport GPS d’extérieur, la situe assurément dans le haut de gamme, non loin des Garmin Fenix 7 et Epix Gen 2 et autres Coros Vertix 2, mais tout de même à quelques encablures d’autres montres de renom telles les Suunto 9 et Polar Grit X Pro, par exemple. La montre d’Apple a néanmoins quelques arguments à faire valoir pour justifier la coquette somme demandée.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Ergonomie et design

Avec la contrainte de concevoir une montre résistante, Apple ne pouvait pas vraiment reprendre le design de ses Watch Series pour sa Watch Ultra. L’écran, en particulier, se doit d’être mieux protégé, aussi résistant soit le verre saphir qu’emploient la plupart des montres du genre.

L'Apple Watch Ultra avec son bracelet trail

L’Apple Watch Ultra avec son bracelet trail

C’est donc un tout nouveau boîtier qu’ont imaginé les ingénieurs d’Apple, sans pour autant trop s’écarter du style caractéristique des Apple Watch. D’aucuns imaginaient qu’Apple s’inspirerait du design de ses derniers iPhone (12, 13 et 14) pour faire évoluer ses Apple Watch et que l’Ultra inaugurerait un nouveau design. Il n’en est rien, le boîtier de l’Apple Watch Ultra semblant plutôt suivre les lignes des Apple Watch classiques, mais son écran semble comme apposé par-dessus, rappelant un peu l’ilot de capteurs dépassant des iPhone.

Pas si imposante pour la catégorie

L’Apple Watch Ultra arbore quoi qu’il en soit un style unique qui ne laisse pas indifférent. Son design rectangulaire peut même donner l’impression de porter un mini-ordinateur au poignet. Il faut dire que la montre d’Apple en impose avec son format unique de 49 mm qui ne conviendra pas à tous. Pourtant, force est de constater que la montre ne paraît pas si imposante au poignet, comparativement à la plupart de ses concurrentes, fussent-elles moins grandes sur le papier. Par rapport à une Garmin Epix Gen 2 au format 47 mm, par exemple, l’Apple Watch Ultra paraît même un peu plus compacte, car aussi haute si l’on prend en compte les attaches de bracelet, mais moins large (44 mm).

L'Apple Watch Ultra à côté de la Garmin Epix Gen 2

L’Apple Watch Ultra à côté de la Garmin Epix Gen 2

Toujours est-il qu’après plusieurs semaines de test, son gabarit ne nous a pas particulièrement dérangés. La montre s’avère même agréable à porter et ses excellentes finitions ne gâchent évidemment rien. Son épaisseur peut néanmoins poser quelques problèmes avec les manches de chemises ou de pulls un peu trop étroites, ainsi que la nuit si l’on a pour habitude de caler son poignet sous l’oreiller, par exemple. Une épaisseur sans commune mesure avec celle des Apple Watch Series et SE que l’on peut porter sans se poser de questions.

Un écran Amoled XXL

Un tel format n’est en tout cas pas choisi par hasard. Outre l’intégration d’une bien plus grosse batterie, il permet aussi d’accueillir un écran encore plus large que celui des Apple Watch Series 7 et 8 (1,9″). Avec sa diagonale de 1,99″ et sa technologie Amoled, il s’agit de la pièce maîtresse de cette Apple Watch Ultra. Un régal pour les yeux et une lecture des informations facilitée, même en plein soleil grâce à une luminosité maximale très élevée (2000 nits annoncés).

Apple Watch Ultra : une montre pour l'aventure comme pour le quotidien

Un verre saphir très résistant aux rayures couvre cet afficheur, ses bordures étant pour leur part protégées par le fin cadre du boîtier en titane. On ne craint ainsi pas de heurter des parois ou de la végétation durant un trail, par exemple.

Une montre, trois bracelets

L’Apple Watch Ultra inaugure par ailleurs de nouveaux bracelets spécifiques aux activités pour lesquelles elle est conçue. Bien que la montre ne soit fournie qu’avec un seul bracelet (au choix), nous avons pu les tester tous les trois. Apple met en avant celui dédié à l’alpinisme. En nylon pour un maximum de légèreté et de souplesse, il est légèrement extensible et s’attache avec un crochet pour assurer un maintien infaillible.

L'attache velcro du bracelet trail

L’attache velcro du bracelet trail

Pour un ajustement encore meilleur, le bracelet de trail en nylon s’attache simplement par velcro et s’avère encore plus léger et agréable à porter, mais un peu plus fragile. Quant au troisième bracelet, il est dédié à la plongée et offre une meilleure adhérence sur une combinaison. On pourra aussi le porter pour la natation, bien entendu, bien que l’on conseille dans ce cas d’opter tout simplement pour un bracelet classique en silicone, le système d’attache utilisé étant le même que celui des autres Apple Watch.

Une app pour en faire un ordinateur de plongée

Certifiée WR100 (10 ATM), l’Apple Watch Ultra est conçue pour la plongée récréative jusqu’à 40 m. Son profondimètre intégré nous renseigne sur la profondeur d’immersion dès que l’on plonge la montre sous l’eau, l’app Profondeur dédiée s’ouvrant alors automatiquement. Pour transformer la Watch Ultra en ordinateur de plongée cependant, il faut utiliser une application tierce, Oceanic+, Apple ayant noué un partenariat avec l’éditeur Huish Outdoors. Celle-ci devrait en principe apparaître sur l’App Store durant l’automne 2022.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Interface

L’Apple Watch Ultra fonctionne comme toutes les autres Apple Watch. Elle repose en effet sur une interface tactile, secondée par une couronne rotative servant à faire défiler les listes ou à zoomer, par exemple. Le bouton qui lui est associé sert à accéder à la grille d’applications et à revenir au menu principal.

Apple Watch Ultra : une montre pour l'aventure comme pour le quotidien

Le second bouton de la tranche droite sert à ouvrir la liste des applications favorites ou récemment ouvertes. La couronne comme le bouton sont ici inclus dans une excroissance et plus grands pour être plus facilement manipulables avec des gants.

Le cadran spécifique de l'Apple Watch Ultra, le volet de raccourcis, la grille d'applications et le menu des applications récemment ouvertes

Le cadran spécifique de l’Apple Watch Ultra, le volet de raccourcis, la grille d’applications et le menu des applications récemment ouvertes

Un bouton Action qui ne remplace pas le tactile

Cette Watch Ultra gagne par ailleurs un troisième bouton nommé Action, servant par défaut à lancer rapidement une activité sportive, mais pouvant prendre d’autres fonctions (placer un point de repère, lancer un chronomètre, activer le mode lampe…). Il est utilisé également durant les exercices eux-mêmes comme bouton de raccourci. Pratique pour limiter l’usage du tactile. On ne peut hélas contrôler l’Apple Watch uniquement avec les boutons, la manipulation de l’écran demeurant indispensable pour choisir une application dans la liste, et même pour toute validation dans les menus.

Le bouton Action de couleur orange

Le bouton Action de couleur orange

“Ultra” son

L’Apple Watch Ultra peut aussi être utilisée avec l’assistant vocal Siri. Grâce à ses trois micros, elle est en mesure de mieux capter notre voix dans des environnements bruyants ou venteux. La qualité des appels téléphoniques s’en trouve également améliorée, ce qui est d’autant plus intéressant que la montre intègre la 4G LTE avec une eSim qui permet de se passer de smartphone lorsque l’on part à l’aventure — sous réserve de souscrire à l’abonnement adapté, bien entendu.

Autre caractéristique de l’Apple Watch Ultra, une fonction sirène émet un signal de 86 dB(A) audible jusqu’à 180 m, selon Apple, pour être entendu par des secouristes en cas d’accident. Rassurant, en particulier lorsqu’on part en trail ou randonnée dans des zones peu fréquentées et potentiellement sans réseau mobile.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Application

Comme son interface, l’Apple Watch Ultra est uniquement compatible iOS et emploie le même trio d’applications que les autres Apple Watch : Watch pour la configuration et le téléchargement de nouveaux cadrans ainsi que les mises à jour, Forme pour suivre nos activités sportives et Santé pour tout ce qui concerne la santé, le bien-être et le suivi du sommeil.

L'app Santé

Des fonctions sportives pas spécialement “Ultra”

Plutôt riches en données et adaptées à des montres connectées comme les Apple Watch Series et SE, ces applications fournissent les mêmes informations pour l’Apple Watch Ultra… et c’est bien ce qui nous chagrine. Nous aurions en effet apprécié encore plus de fonctions sportives sur une telle montre, d’autant que des concurrents comme Garmin, Polar et Suunto — pour ne citer qu’eux — proposent des fonctions plus avancées pour le suivi de progression, la récupération physique ou encore de véritables programmes d’entraînement.

L'app Forme

Bien qu’Apple progresse en matière de fonctionnalités sportives, il lui reste du chemin à parcourir pour intégrer les données sportives et de santé et ainsi prodiguer ses propres analyses et accompagnements sportifs.

Les apps tierces en complément

La force d’Apple réside toutefois dans son vaste catalogue d’applications tierces dont profite justement l’Apple Watch Ultra. Nous pouvons ici citer une app comme Athlytic, qui hélas repose sur un modèle payant sur abonnement (32 €/an) et qui n’est disponible qu’en anglais, mais propose des analyses plus poussées sur les entraînements, la progression, la récupération physique ou encore le suivi du sommeil.

Intéressante également, l’app Workoutdoors (6,99 €) offre des modes sportifs encore plus détaillés et ajoute surtout une cartographie qui fait défaut à l’Apple Watch Ultra. Une appli indispensable pour la randonnée et le trail si l’on souhaite pouvoir se repérer sans avoir à utiliser son smartphone.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Usages et précision

Équipée du même capteur de fréquence cardiaque que l’Apple Watch Series 8, l’Apple Watch Ultra délivre logiquement des performances similaires et donc excellentes. Nous aurions pu craindre une moindre précision à cause de la masse et de l’encombrement supérieurs de la montre, mais nos différents essais n’ont pas révélé de dégradation particulière. Comme avec toutes les montres, il convient néanmoins de s’assurer qu’elle est suffisamment serrée sur le poignet pour que les capteurs restent bien au contact de la peau.

Les capteurs de l'Apple Watch Ultra

Les capteurs de l’Apple Watch Ultra

Que ce soit lors d’une sortie cycliste, d’une course classique, d’un trail ou d’une course fractionnée, l’Apple Watch Ultra parvient à suivre les variations de notre fréquence cardiaque avec presque autant de précision que notre ceinture pectorale de référence, la Polar H10.

Courbes de fréquence cardiaque lors d'une course à pied en partie fractionnée : en violet, celle obtenue avec l'Apple Watch Ultra ; en rouge, celle de la ceinture pectorale Polar H10

Courbes de fréquence cardiaque lors d’une course à pied en partie fractionnée : en violet, celle obtenue avec l’Apple Watch Ultra ; en rouge, celle de la ceinture pectorale Polar H10

Il en va de même durant l’exercice de rameur par intervalles qui montre un très bon suivi de la montre d’Apple.

Courbes de fréquence cardiaque lors d'une séance de rameur par intervalles : en rouge, celle obtenue avec l'Apple Watch Ultra ; en violet, celle de la ceinture pectorale Polar H10

Courbes de fréquence cardiaque lors d’une séance de rameur par intervalles : en rouge, celle obtenue avec l’Apple Watch Ultra ; en violet, celle de la ceinture pectorale Polar H10

Pour ce qui est de la géolocalisation, la Watch Ultra emploie une puce multi-GNSS à double fréquence (L1+L5), assurant elle aussi une très bonne précision. On peut simplement observer un léger décalage par rapport au tracé réel par endroit, ainsi qu’une tendance de la montre à lisser la trace, sans toutefois que cela ne provoque d’écarts significatifs.

En matière de suivi du sommeil, pour finir, la Watch Ultra offre les mêmes prestations que l’Apple Watch Series 8. On observe ainsi une bonne détection des heures d’endormissement et de réveil et les cycles de sommeil sont la plupart du temps identifiables grâce à une bonne distinction entre les phases de sommeil profond, léger et paradoxal. Quelques loupés sont malgré tout à prévoir, une montre ne pouvant mesurer les ondes cérébrales, contrairement au bandeau de sommeil Dreem 2 que nous utilisons comme accessoire de référence.

Note de la rédaction: 3 sur 5

Autonomie

Si l’Apple Watch Ultra est si volumineuse, ce n’est pas seulement pour mieux résister aux pratiques sportives engagées, c’est aussi pour intégrer une batterie de grande capacité. Des 308 mAh d’une Watch Series 8, on passe à 542 mAh sur la Watch Ultra (+76 %). D’après Apple, l’autonomie est ainsi doublée, atteignant 36 h pour un usage varié incluant 60 minutes d’entraînement avec lecture musicale et 8 h de connexion 4G LTE.

Nous avons aisément dépassé cette durée durant nos essais, atteignant régulièrement les 3 jours d’utilisation en usage montre connectée avec à chaque fois au moins 2 h d’exercice dont 1 h en extérieur avec utilisation du GPS. Nous observons une baisse d’environ 6 % du niveau de batterie par heure d’activité avec GPS, ce qui signifie que l’on pourrait en principe utiliser l’Apple Watch Ultra pour une sortie continue d’au moins 16 h. De quoi s’adonner à la plupart des épreuves de triathlon sans crainte.

Pour les sorties au long cours (ultra trail ou même longues randonnées), un mode économie d’énergie est disponible et permet de réduire la fréquence d’acquisition du signal GPS. Apple annonce ainsi 60 h d’utilisation avec ce mode introduit avec watchOS 9.1. Malheureusement, la précision de la trace GPS n’est alors plus au rendez-vous et il est donc difficile de conseiller ce mode si l’on souhaite connaître précisément la distance parcourue et récupérer la trace pour la partager ou la réutiliser ultérieurement.

Malgré tout, une telle endurance est bel et bien inédite pour une Apple Watch. On y gagne une certaine tranquillité d’esprit en usage quotidien et sportif, d’autant que la charge est plutôt rapide avec un plein total réalisé en 1 h 13 min.

Points forts

  • Bel et grand écran Amoled.

  • Robustesse (titane et saphir).

  • Précision cardio et GPS.

  • 3 jours d’autonomie en usage modéré.

  • Qualité de fabrication.

  • Interface fluide et agréable.

  • Parfaite intégration à l’écosystème Apple.

Points faibles

  • Pas de cartographie intégrée par défaut.

  • Intégration native des données limitée (entraînements, récupération…).

  • Interface qui ne peut pas se commander uniquement avec les boutons.

  • Un format unique et imposant qui exclut les petits poignets.

  • Compatible iOS uniquement.

Conclusion

5 étoiles par LesNumériques.com
Note globale

Note de la rédaction: 5 sur 5


Comment fonctionne la notation ?

Plus qu’une simple Apple Watch renforcée, l’Apple Watch Ultra séduit par sa qualité de fabrication, sa robustesse, son superbe écran et la précision de ses capteurs. Si son autonomie s’avère suffisante pour la plupart des besoins sportifs, elle reste cependant en retrait des montres multisports concurrentes, ce qui pourra freiner les amateurs d’ultra-endurance en particulier. Sa force se trouve néanmoins dans sa grande polyvalence et les nombreuses apps tierces compatibles qui ouvrent le champ des possibles.

Leave a Reply