La Commission européenne ouvre une enquête sur le rachat d’Activision Blizzard par Microsoft

La Commission européenne, qui veille au respect de la concurrence dans l’UE, estime que de telles stratégies pourraient entraîner “une hausse des prix, une baisse de la qualité et une réduction de l’innovation”.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Regarder de près “les effets de l’opération”. Bruxelles a annoncé l’ouverture mardi 8 novembre d’une “enquête approfondie” sur le rachat de l’éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard par Microsoft. La Commission européenne juge que cette opération évaluée à 69 milliards de dollars, révélée en janvier, pouvait “sensiblement réduire” la concurrence sur ce marché.

Elle explique craindre en particulier que Microsoft puisse “verrouiller l’accès aux jeux vidéo d’Activision Blizzard pour consoles et PC”, dont le célèbre “Call of Duty”, et qu’il soit tenté de mettre en place “des stratégies d’éviction des distributeurs concurrents de jeux vidéo pour consoles”. L’exécutif européen, qui veille au respect de la concurrence dans l’UE, estime que de telles stratégies pourraient entraîner “une hausse des prix, une baisse de la qualité et une réduction de l’innovation”.

La Commission craint également une réduction de la concurrence sur le marché des systèmes d’exploitation pour PC. Elle estime que les utilisateurs pourraient être découragés d’acheter des PC ne fonctionnant pas sous Windows, le système de Microsoft rendu plus attractif par l’accès aux jeux d’Activision Blizzard.

La Commission dispose désormais d’une période de 90 jours, jusqu’au 23 mars 2023 pour prendre une décision. L’ouverture d’une enquête approfondie ne préjuge pas de l’issue de la procédure.

Leave a Reply