Des chercheurs découvrent un fleuve de plus de 460 km sous l’Antarctique et alertent sur l’accélération de la fonte des glaces

Des chercheurs ont découvert un système fluvial sous-glaciaire dans l’Antarctique. Le phénomène aurait de nombreuses répercussions sur la fonte de la banquise.

Un fleuve qui coule sous l’Antarctique. C’est la découverte récente d’un groupe de chercheurs qui vient de publier ses conclusions dans Nature Geoscience. Le continent de glace abriterait un fleuve de quelque 460 km de long et aux nombreuses ramifications dans ses entrailles gelées. Une découverte de première importance qui confirme et explique en partie la fonte de certaines zones de l’Antarctique.

“Lorsque nous avons découvert pour la première fois des lacs sous la glace de l’Antarctique il y a quelques décennies, nous pensions qu’ils étaient isolés les uns des autres. Nous commençons maintenant à comprendre qu’il existe des systèmes entiers, interconnectés par de vastes réseaux fluviaux, tels qu’ils pourraient l’être s’il n’y avait pas des milliers de mètres de glace au-dessus d’eux, a expliqué Martin Siegert, glaciologue au Grantham Institute de l’Imperial College de Londres et co-auteur de la nouvelle étude, rapporte le site Science alert

A lire aussi :
Antarctique – Le “glacier de la fin du monde” fond à un rythme effrayant, il pourrait provoquer une hausse de 65 cm des eaux du globe

A lire aussi :
Environnement : Un tiers des glaciers du Patrimoine mondial de l’humanité aura disparu en 2050

 

Un écoulement rapide vers l’océan austral

Cette rivière a plusieurs conséquences : non seulement elle accélère la fonte des glaces à mesure que le climat se réchauffe, mais elle favorise aussi son écoulement et la rapidité du flux. Les chercheurs responsables de l’étude ont croisé des relevés radar et des modélisations numériques du débit d’eau sur la zone des calottes glaciaires orientales et occidentales, où l’eau s’écoule de la mer de Weddell dans l’océan austral. Le débit y est d’environ 24 m3 par seconde“La région sur laquelle cette étude est basée a suffisamment de glace pour élever le niveau global de la mer de 4,3 mètres si elle devait fondre complètement”, explique Martin Siegert.

Un débit de 24 m3/s sur 460 km

La quantité et la vitesse de la glace qui fond sont liées à la glissance de la glace. Et le fleuve sous-glaciaire, constitué d’eau douce à haute pression, intensifierait encore plus le processus. En fondant, la base du glacier perd en stabilité ce qui accentue le phénomène de fonte. De plus, en devenant plus mince, l’épaisseur de glace fond également plus rapidement et menace directement la structure de la banquise.

A lire aussi :
Comment l’évolution de la banquise peut nous aider à comprendre le changement climatique actuel

A lire aussi :
Plus de 30°C au-dessus de la normale à la mi-mars : la banquise de l’Antarctique se réduit à une vitesse inquiétante

 

L’équipe poursuit ses recherches pour collecter plus de données sur l’effet de tous ces mécanismes conjugués. À terme, il s’agit d’anticiper et de comprendre comment ces changements dans l’Antarctique pourraient changer la planète.

Leave a Reply