Test Recaro Exo Platinum : une des meilleures chaises gaming du marché

Beaucoup ont entendu parler de Recaro pour ses fauteuils automobiles que l’on retrouve dans des voitures sportives et de compétitions depuis plus de 50 ans, mais aussi depuis les années 1990 dans certains modèles haut de gamme et plus grand public. Fort de cette expertise et lorgnant un marché de la chaise gaming en pleine expansion depuis peu, le fabricant s’est engouffré dans la brèche avec ses Exo, Exo FX et Platinum pour les plus haut de gamme, ainsi que les Rae pour les modèles plus abordables.

Nous avons testé l’Exo Platinum pendant plusieurs semaines afin de vous faire profiter d’une analyse complète de cette chaise qui propose une foule de fonctionnalités. Fabriquée en Allemagne avec des matériaux provenant uniquement du pays et d’Europe, ce fauteuil s’affiche à un tarif ultra premium et on le trouve au moment où nous écrivons ces lignes autour de 1100 € (avec un prix conseillé de 1249 €). C’est le coût d’une très bonne chaise ergonomique — on pense à Hermann Miller, par exemple — et c’est bien plus que les concurrents du secteur gaming, dont les prix peuvent atteindre les 500-700 € pour les plus chers. Rappelons cependant que ces derniers produisent leurs modèles en Chine.

L’Exo Platinum est-elle à la pointe en qualité de construction, de confort et d’ergonomie ? C’est ce que nous avons voulu vérifier.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Construction

Pour le montage, rien de plus simple : la chaise est livrée prémontée (d’où la taille du carton à la livraison) et il suffira de visser les accoudoirs à l’aide de la clef Allen fournie, puis d’enchâsser les roulettes sur le pied en étoile avant d’emboîter celui-ci avec le vérin pneumatique sous la chaise. Il nous a fallu bien forcer pour enfoncer les roulettes, mais l’assemblage n’a pris que quelques minutes avec les vidéos d’instructions de la marque.

Le montage du fauteuil est très facile.

Le montage du fauteuil est très facile.

© Les Numériques

Difficile de reprocher quoi que ce soit à Recaro sur le volet de la qualité de construction, tant les matériaux utilisés et les finitions sont de bonne facture. Pour info, notre modèle est entièrement noir, mais il est possible de s’orienter vers différents coloris de tissus et de coque (gris, blanc, bleu, jaune…). Toute l’assise et le dossier sont en tissu, qui respire mieux que le cuir ou le simili, et on trouvera du textile “mesh” sur les côtés. Censées être plus aérées, on est finalement peu en contact avec ces parties, mais cela confère à l’Exo Platinum une esthétique plus travaillée que l’on ne retrouvera pas sur les modèles Exo et Exo FX.

Le tissu sur l'assise et le mesh sur les côtés.

Le tissu sur l’assise et le mesh sur les côtés.

© Les Numériques

L’autre élément principal du fauteuil reste le plastique rigide et solide pour la coque dorsale et une partie des accoudoirs. On découvre toutefois des pièces en aluminium chromé au niveau des accoudoirs et l’entièreté du pied de la chaise, qui donnent une touche premium à l’ensemble et permettent d’intégrer facilement l’Exo Platinum à un environnement de bureau sans stéréotype gamer.

Recaro n'a pas utilisé du plastique chromé, mais du véritable aluminium.

Recaro n’a pas utilisé du plastique chromé, mais du véritable aluminium.

© Les Numériques

Le côté “luxe” du fauteuil est donc identifié dans de menus détails, ce que l’on constate encore avec le design travaillé des cinq roulettes bicolores et creuses. Celles-ci sont adaptées aux sols durs et à la moquette, mais on leur reprochera de ne pas être parfaitement fluides sur sol mou. Ce n’est franchement pas gênant si on se déplace peu face à son bureau, mais vous aurez du mal à vous faire glisser sur plusieurs mètres pour attraper quelque chose ou pour d’éventuelles courses de chaises entre collègues.

Même les roulettes sont travaillées.

Même les roulettes sont travaillées.

© Les Numériques

Note de la rédaction: 4 sur 5

Ergonomie

Recaro n’a pas eu à chercher loin pour le design de son Exo Platinum puisque, comme la grande majorité des chaises gaming, elle arbore les courbes des fauteuils “baquets” du monde de l’automobile. La différence principale réside dans les fonctionnalités bureautiques du fauteuil, avec en premier lieu le réglage de la hauteur d’assise de 49 cm à 59 cm. La chaise est par ailleurs conçue pour des personnes de 1,50 m jusqu’à 1,85 m, et donc pas vraiment préconisée pour les grandes tailles. La charge maximale supportée est de 150 kg.

Le levier de réglage de la bascule et la molette de dureté.

Le levier de réglage de la bascule et la molette de dureté.

© Les Numériques

On peut aussi régler l’inclinaison de l’assise, soit en laissant la bascule libre — avec ajustement de la dureté —, soit en bloquant le tout sur quatre positions prédéfinies. Recaro les a appelés modes “offensif” (légèrement penché vers l’avant et adapté aux jeux), “concentration” (le dos droit pour la plupart des situations de travail, jeu), “relaxé” (un peu sur l’arrière pour jouer à la manette ou regarder un film, par exemple), et “recharge” (très penché en arrière pour la petite sieste-qui-va-bien).

Ici, le dossier est sur l'arrière, mais on peut aller plus loin encore.

Ici, le dossier est sur l’arrière, mais on peut aller plus loin encore.

© Les Numériques

Marque automobile oblige, le réglage de l’inclinaison du dossier ne se fait pas à l’aide d’un levier comme sur la plupart des chaises gaming, mais à l’aide de molettes latérales comme on en trouve sur les sièges de voiture. Cela lui confère un léger avantage puisque l’angle peut être ajusté très précisément.

La molette de réglage du dossier.

La molette de réglage du dossier.

© Les Numériques

La courbe du dossier forme un S avec un support lombaire intégré, mais celui-ci n’est pas réglable en hauteur ni en profondeur. Dommage pour un modèle si haut de gamme, mais il faut avouer que par souci d’ergonomie et de praticité, nous laissons toujours le réglage lombaire poussé au maximum sur les fauteuils quand c’est possible, sans plus le changer par la suite.

La courbe du dossier soutient bien les lombaires.

La courbe du dossier soutient bien les lombaires.

© Les Numériques

Autre élément fâcheux, l’appuie-tête est vendu en option pour 99 € et, s’il a l’air confortable, on s’attendait à le voir livré avec l’Exo Platinum étant donné son prix. Recaro tente de rattraper le coup avec une offre promotionnelle à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’appuie-tête étant fourni, mais sa durée sera vraisemblablement limitée. Notez que cet accessoire n’est pas indispensable et que les experts en ergonomie recommandent même de ne pas en installer afin de laisser la nuque basculer à sa guise et éviter toute raideur à la longue. Il peut toutefois s’avérer pratique en position de repos, par exemple.

Ici, pas d'appuie-tête !

Ici, pas d’appuie-tête !

© Les Numériques

Des accoudoirs spécifiques

Les accoudoirs “5D” sont sans doute les meilleurs que nous ayons pu essayer jusqu’à présent. On peut les positionner selon à peu près tous les angles possibles et imaginables. Pas besoin d’appuyer sur un bouton pour les faire bouger d’avant en arrière ou de les faire pivoter à 360°, il suffit de les faire glisser et le système s’avère vraiment fluide. Sinon, on peut gérer l’écartement en appuyant sur le bouton situé dessous afin de rapprocher ou d’éloigner les accoudoirs du corps — on peut évidemment régler leur hauteur en pressant le bouton latéral. Si nous estimions au départ que les 5D seraient gadgets face aux 4D déjà très complets de la concurrence, on s’en sert en réalité régulièrement pour s’adapter au millimètre et avoir la position la plus confortable possible selon l’usage (resserré en bureautique, plus large en jeu au clavier, plus écarté à la manette par exemple). Cette liberté est au final vraiment appréciable.

Les accoudoirs peuvent être avancés, reculés et pivotés à 360°.

Les accoudoirs peuvent être avancés, reculés et pivotés à 360°.

© Les Numériques

Points forts

  • Qualité de construction et finitions impeccables.

  • Fabriquée en Allemagne.

  • Accoudoirs 5D inégalés.

  • Très bon confort.

  • Nombreux réglages de l’assise et du dossier.

Points faibles

  • Appuie-tête en option.

  • Pas de réglage lombaire.

  • Roulettes qui manquent de fluidité.

Leave a Reply