10 jeux vidéo étudiants qui font mieux que les pros !

News jeu 10 jeux vidéo étudiants qui font mieux que les pros !

Les développeurs de demain ont du talent. Pas besoin d’être diplômé pour faire de grands jeux. Entre les prototypes qui ont donné des jeux plébiscités et ceux qui ont le potentiel de véritables pépites indépendantes, voici 10 projets étudiants impressionnants.

Avant-propos

Si vous êtes curieux de découvrir les projets des développeurs de demain, n’hésitez pas à faire un tour sur itch.io. Vous pouvez y retrouver gratuitement de nombreux jeux étudiants (dont certains de ceux situés plus ci-dessous) ou découvrir les prototypes réalisés lors des nombreuses game jam étudiantes.

Chained

C’est un platformer bien sombre et un peu particulier que nous ont proposé les étudiants de DigiPen en 2014. Alors que les jeux de plates-formes ont l’habitude de nous proposer des déplacements vastes et libres, ce n’est pas le cas de Chained. Comme son nom l’indique, le titre vous propose d’incarner un personnage enchaîné à un boulet, qui entrave donc son avancée et ses déplacements. Une autre approche des platformer couplée à un propos sérieux traitant de la dépendance. Une trame narrative à la fois abstraite et percutante qui lui a permis de remporter un prix lors de l’International Serious Play Awards. Retrouvez-le ici.


Don’t Look

La France n’est pas en reste niveau jeu étudiant. Pour saluer la future génération de développeurs français, la cérémonie des Pégases a d’ailleurs choisi, dès sa première édition, de récompenser le meilleur jeu étudiant de l’année. Et le tout premier titre à avoir reçu ce titre n’est autre que Don’t Look, développé par les étudiants du CNAM Enjmin. Il s’agit d’un jeu d’horreur utilisant une technologie particulière : l’eye tracking. Impossible de détourner le regard pour éviter les frayeurs puisque c’est lui qui vous permet de contrôler votre lampe-torche et donc avancer dans la pénombre. Un principe ingénieux et original qui colle parfaitement bien au genre de l’épouvante. Retrouvez-le ici.


Jivana

On reste en France mais cette fois-ci du côté de l’école de Valenciennes, Rubika. Nommé aux derniers Pégases, Jivana nous emmène dans un monde fantastique où une bien tragique catastrophe a eu lieu. Un cataclysme a en effet forcé toute une civilisation à fuir sa terre natale. Aélis, jeune intrépide du clan capable de manipuler l’eau, décide alors de partir à la recherche d’une légendaire cathédrale qui pourrait bien les sauver tous. Entre l’ambiance et les jeux de lumière maîtrisés, le rendu a de quoi impressionner, surtout pour un projet étudiant réalisé par une petite dizaine de développeurs en devenir.


Level Squared

C’est seulement en 2017, soit trois ans après la première édition, que les Game Awards ont décidé de mettre à l’honneur les projets étudiants les plus réussis à travers une nouvelle catégorie de prix (abandonnée depuis). Cette année-là, c’est Level Squared qui est mis à l’honneur, un véritable bijou d’ingéniosité. Si à première vue, le principe du jeu et la direction artistique sont assez élémentaires (il suffit de déplacer un carré au fil de niveaux), le système de projection et le level design sont diablement bien pensés et efficaces. Et c’était le cas avant même que le jeu ne soit fini. En effet, les Game Awards n’ont récompensé qu’une démo du jeu que vous pouvez d’ailleurs retrouver ici.


Lysfangha

Lors de la dernière édition des Pégases, il y a un jeu étudiant qui a mis la barre très très haute : Lysfangha. Ce hack ‘n’ slash nous présente un univers fantastique mêlant pouvoirs temporels et monstres à occire. Si on arrive à passer outre les ralentissements et les défauts techniques de Lysfangha, le titre n’a plus rien d’un simple projet étudiant. Ambitieux, riche et détaillé, il a un potentiel certain pour devenir un très bon jeu indépendant. C’est du moins ce qu’a pensé SFL Interactive, éditeur français de jeux vidéo indépendants co-fondé par Michael Sportouch (ex Activision-Blizzard). Lysfangha sera donc le premier projet d’ISART Digital à bénéficier de ce tout nouveau partenariat et à s’offrir une sortie commerciale. En attendant, vous pouvez retrouver le titre ici.


Narbacular Drop

Narbacular Drop est un véritable cas d’école. Car si vous ne connaissez pas ce projet étudiant sorti en 2005, vous connaissez forcément le jeu qu’il est devenu par la suite : Portal. Ce sont en effet des étudiants qui ont mis au point cette mécanique de portails qui a fait le succès intemporel de la franchise de Valve. À l’époque, pas de robots ou de gâteau à l’horizon, mais une princesse du nom de No-Knees. Cette dernière peut placer des portails à sa guise pour avancer dans le donjon hostile Wally. En visite dans l’école DigiPen, des représentants de Valve voient alors le projet. Séduis, ils proposent aux étudiants de rejoindre la boîte pour développer leur jeu sous un tout nouveau moteur et le commercialiser. Ainsi naîtra l’un des jeux les plus emblématiques des années 2000. Retrouvez Narbacular Drop ici.


Risk of Rain

On continue avec un autre jeu, certes moins connu, mais qui a également fait ses premiers pas en tant que projet étudiant : Risk of Rain. Tout commence à l’Université de Washington où deux jeunes étudiants, Duncan Drummond et Paul Morse, pour créer un jeu qui s’inspire de leurs titres préférés. Ainsi, Risk of Rain sera un titre hybride, mêlant action, roguelike et platformer, le tout saupoudré d’une petite mécanique de permanent death. Le projet commence à intéresser du monde et les étudiants décident de créer un studio pour le mettre en place. En 2013, le jeu sort. En 2014, il remporte le prix du meilleur jeu étudiant à l’Independent Games Festival. Et en 2019, il connaîtra une suite particulièrement applaudie. Une belle histoire pour ce projet étudiant.


Spacewar!

Les jeux vidéo comme projets étudiants, cela ne date pas d’hier. D’ailleurs, celui que certains considèrent comme le tout premier jeu vidéo était un projet étudiant. Bien sûr, ce projet ne résulte pas d’études en développement, mais en science. Nous sommes en début des années 1960. Un tout nouvel ordinateur vient de faire son entrée au département d’ingénierie électrique du MIT, le mini-ordinateur DEC PDP-1. Étudiants et employés de l’université américaine se rassemblent donc pour trouver un projet permettant de mettre en avant les capacités de ce PDP-1. Trois d’entre eux proposent alors Spacewar!, un shoot’em up multidirectionnel en 2D. Notez que Tic-Tac-Toe et Mouse in the Maze ont également été créés dans ces conditions.

10 jeux vidéo étudiants qui font mieux que les pros !

Spaceworthy

On revient à notre époque avec un projet étudiant qui ne vous dit peut-être rien comme cela, mais qui a pourtant mené au développement d’une des plus grosses pépites indépendantes de ces dernières années : Spaceworthy. Nous sommes en 2012. Alex Beachum, étudiant à l’University of Southern California, doit produire un prototype de jeu dans le cadre de son mémoire de maîtrise. Il opte alors pour « un jeu d’exploration dans l’espace à la première personne conçu pour susciter le sentiment de randonner dans l’espace. » Si Spaceworthy ne paye alors pas de mine, Alex tient un concept atypique qu’il va approfondir pour arriver à un jeu indépendant plébiscité : Outer Wilds.


Symphonia

Pour finir, on retrouve un autre projet français. Direction ISART Digital, terreau particulièrement fertile pour les développeurs en devenir. En 2020, une petite équipe d’étudiants de là-bas nous ont dévoilé un projet de fin d’études aussi poétique qu’agréable à regarder : Symphonia. Dans la peau d’une violoniste, vous êtes invité à marcher sur les pas d’anciens musiciens et réveiller une ancienne cité. Le tout se passe dans un platformer qui met bien sûr la musique à l’honneur, que ce soit au niveau de la bande-son ou du gameplay. Entre sa direction artistique maîtrisée, son ambiance féerique et son gameplay plaisant, il mérite amplement son titre de Meilleur jeu étudiant 2020. Retrouvez Symphonia ici.


Mais aussi

  • Pour sa direction artistique : le jeu des différences Symmetrain
  • Pour son concept : les trompes l’oeil de Perspective
  • Pour ses sensations de jeu grisantes : le jeu de course Nitronic Rush
  • Pour son ambiance enchantée : la nature de Douse

Leave a Reply