FIFA 23 : « je suis sur la liste noire », ce streameur compare FUT à un pay-to-win et EA ne lui fait pas de cadeaux !

News jeu FIFA 23 : « je suis sur la liste noire », ce streameur compare FUT à un pay-to-win et EA ne lui fait pas de cadeaux !

Cela fait maintenant un mois que la nouvelle mouture de FIFA est désormais disponible sur consoles et PC. Avec cette sortie, le mode FUT a fait des émules parmi les plus gros joueurs qui prennent plaisir à streamer leurs matchs ainsi que leurs ouvertures de packs sur la plateforme Twitch, à l’image de Trymacs, l’une des stars allemandes du divertissement vidéoludique en ligne. Toutefois, la découverte de FIFA 23 a vite laissé place à l’amertume et le streameur a fini par se montrer particulièrement acerbe contre le modèle économique de FUT. Des propos qui n’ont pas été appréciés par l’éditeur, Electronic Arts.

Sommaire

  • Cette star de Twitch critique FIFA 23, EA sort les représailles
  • FUT n’est pas un pay-to-win, EA veut qu’on le sache !

Cette star de Twitch critique FIFA 23, EA sort les représailles

Sur la plateforme de streaming Twitch, la sortie de FIFA 23 a mis la communauté des joueurs en émoi et a fait éclore tout un tas de contenus. Dans l’Hexagone, on peut suivre la progression de nombreux streameurs qui se décident à tenter l’aventure FUT ou, dans un tout autre genre, assister une semaine sur deux aux soirées à rallonge du FC Silmi, une formation dirigée par le coach Domingo. Chez nos voisins allemands, il y a également des têtes bien connues dans l’univers de FIFA, à l’image de Maximilian Stemmler, plus connu sous le pseudonyme de « Trymacs » et qui n’est autre que l’un des plus grands streameurs d’Allemagne. Comme beaucoup d’autres personnes, il attendait impatiemment la sortie de FIFA 23 pour consacrer énormément de temps — mais aussi d’argent, avec pas moins de 21 000 euros dépensés —, au mode FIFA Ultimate Team, aussi appelé FUT.

FIFA 23 : « je suis sur la liste noire », ce streameur compare FUT à un pay-to-win et EA ne lui fait pas de cadeaux !FIFA 23 : « je suis sur la liste noire », ce streameur compare FUT à un pay-to-win et EA ne lui fait pas de cadeaux !

Au final, cet investissement n’a pas été vain pour Trymacs puisqu’il est parvenu, à la fois, à composer l’équipe la plus efficace du jeu mais également à rassembler la plus onéreuse d’entre elles. Sauf que ce beau tableau sur le mode FUT n’aura duré qu’un temps : excédé par le modèle économique du jeu, à savoir un système de packs contenant des cartes aléatoires de joueurs que l’on obtient en dépensant une monnaie virtuelle… ou de l’argent réel, le streameur a décidé de boycotter FIFA 23 tout en proférant des critiques acerbes à l’encontre d’Electronic Arts qui a choisi de doter son titre de mécanismes de jeu de hasard. Forcément, les oreilles de l’éditeur américain ont sifflé et celui-ci a rapidement contacté le streameur pour obtenir des explications… et lui adresser une demande très étonnante !

FUT n’est pas un pay-to-win, EA veut qu’on le sache !

À l’occasion d’une discussion avec son homologue streameur Ungespielt, Trymacs a expliqué que ses propos avaient eu de lourdes conséquences pour lui, notamment vis-à-vis de ses partenariats avec Electronic Arts, puisqu’il aurait été privé de tout accord publicitaire avec l’éditeur américain qui l’aurait, en guise de représailles, mis sur liste noire. Selon lui, le fait qu’il déclare publiquement que FUT est, en quelque sorte, « du casino pour enfants » et « de l’arnaque à outrance » serait un épineux problème pour Electronic Arts. En réaction, l’éditeur américain serait venu lui demander de faire une vidéo sur les aspects payants de FIFA 23.

Dans l’idée, Electronic Arts aurait demandé au streameur allemand de réaliser une vidéo dans laquelle il expliquerait que le mode FUT n’est pas un « pay-to-win » (littéralement, payer pour gagner) mais plutôt un « pay-to-progress » (payer pour avancer). Par ce témoignage, Trymacs a voulu prouver que le sujet des lootboxes de FIFA est quelque chose de sensible chez Electronic Arts et qu’il est bien souvent source de polémiques, comme on avait déjà pu le voir en août dernier avec cette décision assumée de l’éditeur, bien que controversée.


Leave a Reply